Bouleversifications

Publié le par cattleya

FEMME-AFFAIRE-01.jpgMe voici, me voilà ! Oyez oyez très chers lecteurs, ne vous impatientez plus, ne vous impatientez pas, Cattleya is back et ce soir, c'est décidé, je vous dis TOUT !!!! Je l'aurais bien fait plus tôt mais lundi soir, après ma toute petite nuit et mon réveil très matinal, j'étais en toute petite forme. En plus, cerise sur le gâteau, notre connexion internet est vraiment très capricieuse voire inexistante depuis quelques jours donc, impossible de me connecter et du coup, j'ai été privée de vos charmants messages, de mon mail, de la blogosphère et du wide world web pendant quelques jours ! Insoutenable ! L'horreur quand on est accro comme moi ! Mais puisque ça a l'air de marcher ce soir et que j'ai la péche, je saute sur mon clavier et je m'en vais vous raconter le grand bouleversement qui a bouleversifié ma petite vie de maman-artiste-mosaïste bohème, libre, épanouïe et heureuse de l'être ! Eh oui, figurez-vous que cette aventure cattleyesque - bien que formidable, passionnante, épanouissante et tutti quanti - a juste un petit inconvénient : un petit problème de comment dire... rentabilité. Eh oui aujourd'hui c'est comme ça, il faut être "rentable" ! Et la mosaïque picassiette c'est chouette, formidable et tout ce qu'on veut sauf... "rentable". Pas rentable du tout même. Surtout quand on la pratique comme moi en prenant son temps, en recherchant d'avantage le plaisir, la satisfaction personnelle plutôt que la ren-ta-bi-li-té. Ce qui n'est finalement pas très grave puisque ce n'était pas forcément le but non plus. Cattleya m'a permis avant tout de prendre mon temps (and time is money, isn't it ?) après 10 ans de Guyane pour atterrir en douceur dans la Sarthe, me laissant le temps de construire, d'organiser, d'inventer ici, dans cette région que je ne connaissais pas, une autre vie et d'accompagner mes 3 enfants dans ce très grand changement puisqu'ils n'avaient connu jusqu'ici que la vie, le rythme, le climat guyanais. Alors voilà, grâce à un ex employeur très généreux qui m'a permis de partir dans de très bonnes conditions à l'occasion d'un plan social très aménagé, je me suis offert le luxe de prendre mon temps, le luxe de profiter de la vie, de mes enfants, de mon mari, le luxe de me faire plaisir en laissant s'exprimer une compétence artistique qui jusque là sommeillait depuis fort longtemps et je suis très heureuse de l'avoir fait ! Il y a quelques mois, sachant bien que cette parenthèse touchait à sa fin, j'ai ressorti mon CV et je me suis mise en quête de mon travail d'avant et... j'ai trouvé ! Un RV mercredi 4 avril dernier en fin de journée. Un employeur sympathique et enthousiaste et l'affaire était réglée : démarrage vendredi 6 avril au matin, 9 heures. Et depuis, c'est ainsi ! Vous connaissez donc à présent le pourquoi du comment ! Mais pour autant, je n'abandonne ni mon blog, ni mes lecteurs, ni mes mosaïques picassiette (j'ai toujours une petite table et un miroir à terminer et des projets plein la tête...), j'ai juste un peu moins de temps mais encore plein de choses à vous raconter !

Publié dans chroniques

Commenter cet article

Domi 19/04/2007 10:42

Super !
Et si ce n'est pas indiscret, que fais-tu comme travail ?
Sinon, bon courage, je sais qu'une reprise est toujours un peu dure passé le premier moment de nouveauté.