Silence, ça pousse !

Publié le par stéphanie Fournier

Technorati Profile
Ca y est ! La nature se réveille, le printemps est déjà là et le jardin se pare de jolies couleurs et d'une nouvelle vigueur ! Les jonquilles exhibent fièrement leurs jaunes couronnes et leur tiges fières aux reflets bleutés, le cognassier prend des airs japonais en accueillant sur ses multiples branches des centaines de délicates petites fleurs rosées, les crocus et leur incroyable fleurs violettes ou panachées, rayées ou encore dégradées jettent une nouvelle intensité dans les parterres que l'hiver avait dénudés, les fleurs bleues et doubles des muscaris tremblent au grè des rafales et averses qui secouent le jardin. Oui, pas de doutes le printemps est là et je n'ai pas vu l'hiver passer ! Bientôt, nous allons pouvoir remettre le nez dans le jardin, les mains dans la terre, nettoyer, tondre, tailler, planter, profiter des jours qui rallongent pour traîner dehors, ne pas voir le temps passer et se dire : "oh, c'est déjà l'heure du dîner !". Comme j'aime le printemps, comme la nature est belle à cette saison. Et puis, avec lui, j'aime sentir s'installer la douce promesse de l'été : les journées que l'on espère chaudes et ensoleillées, le jardin qui reprend vie et où résonnent les rires des enfants, la piscine que l'on remplit aux premières chaleurs, l'odeur de la côte de boeuf qui cuit sur le barbecue, les dîners sur la terrasse à la lueur de quelques lanternes, les fruits frais et juteux dont on se régale, les roses qui nous émerveillent encore et toujours, les volets que l'on ferme pour garder un peu de fraîcheur, les fenêtres qu'on ouvre le matin et qu'on ne ferme que tard le soir et encore... les cigales qui nous bercent la nuit, la campagne si belle qu'on se croirait dans un tableau de Van Gogh ! Oui, je vais à nouveau me délecter du printemps et de l'été et je promets de ne me plaindre ni de la pluie, ni de la chaleur mais tout simplement de savourer, de profiter, de faire le plein de moments de partage et de bonheur !

 

Publié dans chroniques

Commenter cet article